Questions fréquentes des dirigeants d’entreprise

Des réponses simples à vos questions les plus fréquentes

Un projet ? Faites-vous accompagner dans votre stratégie !

Contactez-nous

Une question ? CONTACTEZ-NOUS

Qu’est-ce que le Besoin en Fonds de Roulement (BFR) ?

Dans tout projet d’investissement, il faut tenir compte du Besoin en Fonds de Roulement. Le BFR correspond au besoin de trésorerie qu’à l’entreprise. Celui-ci existe du fait qu’il existe des décalages dans le temps entre les flux de trésorerie. En effet, l’entreprise doit faire face à des dépenses de stocks et régler ses fournisseurs. Dans le même temps, elle percevra le règlement de ses clients. Toutefois, ces opérations de trésorerie ne sont pas simultanées. Il est régulier de devoir payer ses fournisseurs bien avant de pouvoir encaisser les clients. Par conséquent va alors se créer ce que l’on appellera le Besoin en Fonds de Roulement (BFR).

Avec l’investissement, ce Besoin en Fonds de Roulement va être plus important au démarrage du projet du fait de l’acquisition du bien alors que celui-ci ne génère pas encore d’entrée de trésorerie. Il faut donc que l’entreprise fasse une “avance” de trésorerie pour financer son investissement. Au fur et à mesure du projet, le Besoin en Fonds de Roulement va évoluer. Dans le calcul de rentabilité il faudra tenir compte de la variation du BFR.

Comment calculer son Besoin en Fonds de Roulement ?

Obtenu grâce aux données figurant dans le bilan comptable, il représente la différence entre l’actif circulant et le passif circulant

BFR = Actif circulantPassif circulant

Avec une formule de calcul plus complète, il est constitué :

Encours moyen des créances clients + Montant des stocks moyens Encours moyen des dettes fournisseurs

Si le montant obtenu par ce calcul est négatif, tout va bien, on parle de ressource en fonds de roulement. Au contraire, si le montant obtenu est positif et important d’année en année, ce n’est pas bon signe du tout !

Pourquoi calculer son Besoin en Fonds de Roulement ?

Il présente un intérêt majeur, il doit être calculé avant de créer son entreprise ou de reprendre une entreprise. C’est l’un des calculs les plus importants à faire lors d’un démarrage d’activité (la mauvaise estimation de cette notion est malheureusement l’une des principales causes de disparition des jeunes entreprises). Le calcul du BFR est appréciable tout au long de la vie de l’entreprise, car c’est un parfait indicateur de santé financière d’une entreprise. Un BFR positif important est un signe de mauvaise santé pouvant très vite amener à des difficultés de trésorerie.

Qu’est-ce que le taux de marge ?

Le taux de marge est une expression économique désignant un ratio de rentabilité. Calculer son taux de marge fait référence au pourcentage de gain ou de perte d’une entreprise pour un produit ou un service, par rapport à son coût d’achat ou de production.

Pourquoi calculer son taux de marge ?

Ce calcul permet de déterminer le profit généré par une vente. Pour une entreprise, c’est un indicateur financier déterminant. Pour les créateurs d’entreprise, la marge est un des éléments importants du prévisionnel.

Comment calculer son taux de marge ?

Attention, il existe plusieurs calculs dont les résultats ont des interprétations différentes :

  • Calcul de la marge “commerciale”
  • Marge commerciale = Chiffre d’affaires HT* – Coût d’achat HT*

  • Le taux de marge se calcule par rapport au coût d’achat
  • Taux de marge = (Marge commerciale HT* ÷ Coût d’achat HT*) x 100

  • Calculer son taux de MARQUE
  • Attention : le terme taux de marge est souvent utilisé abusivement pour le calcul correspondant au taux de marque. Le taux de MARQUE (et non de marge) se calcule par rapport au prix de vente.

    Taux de marque = (Marge commerciale HT* ÷ Prix de vente HT*) x 100

    *HT = Prix hors taxes

Définition de l’affacturage

L’affacturage est un transfert des créances d’une entreprise à un organisme extérieur qui se charge d’en assurer le recouvrement. Souvent utilisé dans le cadre d’activités à l’export, il arrive également que des entreprises en difficulté se tournent vers l’affacturage si les banques refusent de les financer.

La conclusion d’un contrat d’affacturage offre de nombreux avantages pour l’entreprise contractante qui confie le recouvrement de ses créances à une société d’affacturage. Ce contrat présente également quelques limites à connaître.

Avantages pour l’entreprise contractante

  • Outil de financement à court terme

    Il s’agit d’une technique permettant d’optimiser la politique de mobilisation du crédit clients de l’entreprise, d’améliorer sa trésorerie et ainsi d’assurer son équilibre financier.

  • Meilleure gestion des créances
    • Gestion administrative, juridique et comptable notamment dans le cas de factures retournées impayées.
    • Meilleure gestion de la trésorerie (suivi plus efficace du règlement des créances).
    • Décharge l’entreprise du recouvrement des sommes dues et de la gestion des crédits clients.
  • Evaluation efficace des clients
  • L’entreprise n’a plus besoin de recourir à des demandes de renseignement sur les clients. C’est la société d’affacturage qui s’en charge.

  • Moyen efficace de prévention des risques clients
  • Ce moyen de recouvrement des crédits diminue les retards de paiement et protège l’entreprise contre le risque d’insolvabilité des clients. Il sécurise les créances de l’entreprise puisque la société d’affacturage s’engage à lui régler les factures transmises par une couverture à 100% de leurs montants et prend en charge selon les termes du contrat le risque de non paiement des clients à l’échéance sauf dans le cas de litige entre l’entreprise et ses clients.

  • Bénéficier d’avances en devises
  • Une entreprise exportatrice peut s’adresser à une société d’affacturage pour solliciter le recouvrement anticipé de ses créances, ce qui lui permet de se prémunir contre le risque de change.

  • Réaliser des économies d’échelle importantes
  • En déléguant la gestion des crédits clients à la société d’affacturage, l’entreprise diminue les charges relatives aux rémunérations des employés chargés de cette mission, aux frais d’assurance et aux intérêts bancaires en cas de recours à un emprunt.

Limites pour l’entreprise contractante

  • Coût élevé
  • La principale limite du contrat d’affacturage est son coût relativement élevé. Avant de contracter, étudiez et négociez si possible les commissions d’affacturage et de financement. Cependant, relativisez ce coût car le contrat d’affacturage génère des économies d’échelles qui permettrons de réduire vos charges administratives et de financement.

  • Obligation de présenter toutes les créances réalisées
  • Dans le secteur choisi, géographique ou économique, les créances doivent être présentées à l’affactureur.

  • Dégradation de la relation avec ses clients
  • Le fait de déléguer la gestion des créances à la société d’affacturage peut entraîner une dépersonnalisation de votre relation avec les clients et peut avoir un effet négatif sur votre volume de vente et donc votre chiffre d’affaires. Avant de vous engager dans un contrat d’affacturage, veillez à renforcer vos relations avec les clients.

  • Limitation en général à des factures
  • Le règlement est à court terme et n’est pas adapté aux entreprises ayant un petit volume de compte clients.