fbpx

PORTRAIT D'ENTREPRISE

Ludovic et Emeline Fauvel Unicacces
Ludovic et Emeline Fauvel – UNICACCES
Gestion du contrôle d'accès

Ludovic et Emeline Fauvel sont les dirigeants de la société Unicacces, spécialiste de la gestion du contrôle d’accès. En 2018, ils ont suivi le parcours Financer son développement au sein de l’Institut Régional des Chefs d’Entreprise, et ont par la suite réalisé une levée de fonds de 600 000 €. Aujourd’hui, Emeline répond à nos interrogations au travers de cette interview.

Ludovic et Emeline, pouvez-vous nous raconter en quelques mots votre parcours personnel ?

Emeline : Ludovic a commencé par des études en domotique (gestion technique des bâtiments) puis a poursuivi par des études de commerce. Il a intégré différents grands groupes œuvrant dans le courant faible (réseaux informatiques, automatisme, contrôle d’accès) comme technicien et commercial. Fort de ces différentes expériences professionnelles, il a créé en 2008 la société UNICACCES. Pour ma part, j’ai suivi des études de droit, économie et gestion. J’ai exercé des fonctions de cadre dans des établissements hospitaliers et médicaux-sociaux. J’accompagne aujourd’hui l’équipe d’UNICACCES, pour l’épauler dans la structuration administrative et RH et ainsi favoriser le développement de sa propre marque de contrôle d’accès ASGARD.

Vous êtes actuellement les dirigeants de la société UNICACCES. Pouvez-vous nous parler de votre activité ?

La société a réalisé en 2018, 650k€ de chiffre d’affaires avec 5 personnes. Son activité est l’intégration de systèmes de contrôle d’accès. Le contrôle d’accès, se définit par le fait de faire fonctionner ensemble par exemple ; la serrure d’une porte, un lecteur de badge, un badge et un logiciel. On dit « qu’on intègre » des systèmes pour qu’ils fonctionnent ensemble. La marque ASGARD® représente pour UNICACCES un véritable renouvellement de son modèle économique, un projet de croissance. C’est également un projet d’innovation dans le domaine du contrôle d’accès. L’objectif d’UNICACCES au travers d’ASGARD®, est de pouvoir faire fonctionner ensemble des systèmes de contrôle d’accès de différents fabricants et ainsi proposer aux clients une solution avec des niveaux de sécurité différenciés pour s’adapter à chacun de ses besoins. Pour cela, nous proposons aux clients un logiciel de supervision de leurs systèmes de contrôle d’accès. En parallèle, au travers d’ASGARD® nous répondons à la difficulté que nous constatons depuis 10 ans chez le client, à savoir définir une solution réellement adaptée à son besoin en fonction de chacun de ses accès à gérer (porte, barrière levante, tourniquet…). Nous avons donc développé un outil de configuration qui lui permet de manière très simple de déterminer avec précision une solution qui répondra à chacun de ses besoins ! ASGARD® a pour objectif de rendre le contrôle d’accès simple, ouvert et innovant.

Vous avez suivi le parcours Financer son développement. Que vous a apporté cet accompagnement ?

Nous avons suivi le parcours financer son développement d’avril 2018 à octobre de la même année. Cet accompagnement a été un véritable déclic dans le développement de la société. Nous avons repensé les aspects humains, économiques, commerciaux et techniques de notre activité. Mais aussi notre rôle de dirigeants ! Il nous a permis de trouver un second souffle dans la vie de notre entreprise et surtout d’oser nous lancer sur un projet qui nous tenait à cœur depuis longtemps mais que nous n’avions pas osé par faute de moyens financiers. Ce parcours a aussi était une rencontre avec l’IRCE et le réseau de chefs d’entreprises qu’il anime. Nous tenons d’ailleurs à remercier tout particulièrement Christophe Sivelle, Directeur de l’IRCE, et Vincent Duclos, Responsable de projet, pour leur soutien et leur accompagnement tout au long de ce parcours ainsi que les intervenants du programme sans qui la profonde remise en question que nous avons effectuée n’aurait pas été possible.

Vous avez réalisé une levée de fonds de 600k€. Quel ont été les facteurs clés de ce succès et quels sont vos futurs projets ?

Incontestablement le premier facteur clé du succès de levée de fond a été notre équipe. En effet, il nous a fallu consacrer beaucoup de temps et d’énergie à cette dernière. Personne ne mise, n’investit ou ne parie sur une société dont les dirigeant ne montrent pas un investissement à 200% pour atteindre leur objectif. Et notre équipe a été présente pour assurer l’activité au quotidien et faire en sorte que nous soyons à même de nous mobiliser sur l’ensemble des dossiers présentés.

Le second facteur de succès a été la qualité du parcours. Les intervenants qui nous accompagnent ne laisse rien au hasard. Quand on arrive pour défendre un dossier en indiquant que nous avons suivi le programme de l’IRCE, l’effet positif est immédiat sur les interlocuteurs. C’est pour eux, c’est un gage de réflexion menée sur plusieurs mois et d’un projet abouti.

Enfin, je pense que c’est la rigueur avec laquelle nous avons construit chaque dossier qui a fait la différence. Nous avons toujours cherché à comprendre quel était le prisme de lecture des financeurs pour essayer de s’y adapter au mieux. Nous n’avons pas cherché à monter systématiquement le même dossier même si bien évidemment les éléments qui les constituent, restaient parfaitement identiques et cohérents.

En ce qui concerne les projets, nous souhaitons renforcer considérablement notre équipe qui a doublée sur 2019 et devrait à nouveau doubler d’ici 2022. Mais nous souhaitons le faire avec des valeurs qui sont essentielles pour nous et que voulons mettre mieux en exergue. Pour cela, nous aimerions répondre à la norme ISO 26000. Nous espérons également pouvoir dans le même laps de temps pouvoir suivre le parcours Option Export de l’IRCE pour, comme son nom l’indique, réfléchir à une stratégie à l’export. Et enfin continuer à être novateur dans le domaine du contrôle d’accès en développant de nouveaux produits.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune entrepreneur qui souhaiterait se réaliser une levée de fonds ?

Le premier conseil serait sans doute déjà d’oser intégrer un parcours tel que «financer son développement». Dans une PME, on a toujours plus urgent. Mais il faut comprendre que la « parenthèse stratégique du dirigeant » est une étape essentielle quand on veut réaliser une levée de fonds. Par ailleurs, il faut être prêt à déconstruire ce en quoi on croit, pour mieux reconstruire son projet. Et c’est une étape souvent très compliquée pour le chef d’entreprise qui n’est jamais chef d’entreprise par hasard. Accepter de se remettre en question perpétuellement, tout en gardant un cap est loin d’être un exercice facile. Enfin, il faut savoir rêver et surtout savoir faire rêver, quand on souhaite s’attaquer à une levée de fonds, pour pouvoir faire tomber des barrières.

Catégories: ,